Pour l'année 2014, l'association Clara Belliveau fait un don de 10 000 euros à l’Association GERME (Groupe d’Etude en Réanimation Médicale) dirigée par le Professeur Pierre TISSIERES, chef du service de la Réanimation pédiatrique et médecine néonatale à l’hôpital Bicêtre. Ce don a été remis lors de la troisième édition du concert de piano à la première chambre de la Cour d’Appel de Paris, le 17 mai 2014.

Les chercheurs
- Dr Martine CAROFF, UMR 8621, Institut de Génétique et Microbiologie, Université Paris Sud 11, Orsay, France
endotox.com 
http://www.igmors.u-psud.fr/spip.php?article634
- Pr Pierre TISSIERES, Service de Réanimation Pédiatrique et Médecine Néonatale, Hôpitaux Universitaires Paris Sud , Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Le Kremlin-Bicêtre, France

Background scientifique de l'équipe :
Dr.  Martine CAROFF : toute une carrière scientifique consacrée à la caractérisation biochimique et biologique des endotoxines (40 ans déjà!)
Pr Pierre TISSIERES : double parcours de chercheur (immunologie) et de praticien hospitalier en réanimation pédiatrique et néonatale.
- Mise au point d'une méthode de purification et de la première méthode de caractérisation des endotoxines par spectrométrie de masse. Ces molécules sont présentes chez les bactéries à Gram négatif, comme les Bordetellae
- Les endotoxines, appelées aussi Lipopolysaccharide ou LPS,  comportent une région lipidique, le lipide A, composé de glucosamines (GlcN) substituées par 5 à 6 chaînes d’acides gras et une région glucidique composée d’une dizaine de sucres portant parfois une longue chaîne de sucres antigéniques contre lesquels les anticorps sont dirigés.
- Le motif de lipide A peut être très toxique, en plus des acides gras et des GlcN il est composé  de groupes phosphates qui portent parfois des GlcN sur-numéraires, un motif spécifique aux Bordetella spp.
- Les LPS sont très antigéniques : ils induisent une forte réponse immunitaire (contrairement aux autres constituants des bactéries Gram+, comme certaines protéines par exemple)
- Corrélation entre la présence de glucosamine (GlcN) et l'importance de la réponse inflammatoire : il a été démontré in vitro que ce motif potentialise d'un facteur x 1000 la réponse inflammatoire de l'hôte.

Hypothèse de travail :
- Le phénotype bactérien (présence de GlcN ou non) serait caractéristique de la sévérité de la coqueluche développée par le malade (l'hôte)
- Ce phénotype bactérien serait, in vivo, variable suivant l'environnement dans lequel évolue la bactérie
- Implications thérapeutiques (long terme) : modifier l'environnement chez l'hôte (malade) afin de neutraliser l’effet de  la glucosamination et ainsi, réduire le degré de virulence de la bactérie et par là, la sévérité de la coqueluche.

Projets scientifiques de l'équipe :
- Projet EndoCoq : Ce projet a pour objectif d’identifier les caractéristiques structurales des endotoxines de Bordetella  et d’établir un lien avec la sévérité de la maladie. Ce projet permettra de mieux comprendre et d’identifier les spécificités des formes graves de coqueluche et devrait ouvrir de nouvelles perspectives diagnostiques et thérapeutiques.
-Projet vaccinal : identifier les structures de LPS présentes in vivo et en déduire la structure du meilleur antigène qui pourra être ajouté au vaccin pour en augmenter l’efficacité.

Implications thérapeutiques possibles, via deux approches principales :
- Utiliser la région osidique antigénique en prenant soin de détoxifier  le lipide A  pour la réalisation de nouveaux vaccins
- Déterminer les structures in vivo pour permettre la réalisation de colonnes portant des structures complémentaires piégeant ces LPS et ainsi détoxifiant  le sang des malades, étape importante en // de l'antibiothérapie (qui présente le désavantage de tuer les bactéries qui relarguent alors  leurs toxines dans le sang de l'hôte).

Le Département Ecosystèmes et Epidémiologie des maladies infectieuses de l’Institut Pasteur, dirigé par Nicole GUISO, a pour objectif majeur la recherche sur les maladies à prévention vaccinale en analysant les conséquences de l'introduction d'une vaccination généralisée sur le microbe ciblé par le vaccin, mais également sur l'écosystème et les populations humaines. Ces travaux permettent ainsi de proposer des stratégies de prévention adaptées et de nouveaux outils thérapeutiques pour les enfants mais aussi pour les adultes.
La vaccination a été et est un des moyens les plus efficaces pour lutter contre les maladies infectieuses.
C’est la raison pour laquelle l’Association Clara BELLIVEAU a choisi de soutenir ce département de l’Institut Pasteur.

Nicole GUISO et son équipe ont reçu l’Association Clara BELLIVEAU le 14 février 2012. Nous avons visité les laboratoires dans lesquels l’équipe de recherche de ce département travaille.

A cette occasion, l’Association Clara BELLIVEAU a remis un don d’un montant de 10.000 euros à ce département de l’Institut Pasteur. Ce don permet de conforter les travaux en cours.

Institut Pasteur

Institut Pasteur

Institut Pasteur

Informations supplémentaires